Responsive design : toujours un must-have ?

Responsive design : toujours un must-have ?

Avec l’avènement des devices tactiles, le déploiement massif du responsive design s’est imposé aux retailers. En 2016, plus question de passer à côté d’un site à l’ergonomie mobile-friendly : plus de 50 % des internautes ont utilisé leur mobile pour accéder à Internet en 2015 ! Mais alors que la grande majorité des sites marchands semble s’être dotée de méthodes de conception de contenus s’adaptant à chaque interface, le responsive design est-il le garant exclusif d’une bonne expérience utilisateur ? 

Le responsive design, un incontournable dont il paraît difficile de se passer

« Cette année, priorité au mobile-first ! » Dorénavant devenu le leitmotiv de la plupart des retailers, il est encore fréquent de se retrouver à zoomer sur son smartphone pour pouvoir lire un contenu à la police illisible. Un repoussoir à utilisateur qui se double d’une sanction du célèbre et tant redouté moteur de recherche Google. Depuis le 21 avril 2015, un site aux contenus non adaptables sur device tactile prend le risque de passer en bas de liste en matière de référencement.

Si la conception en responsive design induit une certaine réactivité, les temps de chargements se font parfois plus longs et le redimensionnement des visuels n’est parfois pas optimisé.

mobinautes_temps_chargement

Or, souvent connectés dans des lieux peu propices à une consultation sereine tels que les transports, les mobinautes et autres adeptes de la tablette élèvent leurs exigences lors de la navigation. En 2016, près d’un mobinaute sur 5 est encore exposé à un temps de chargement supérieur à 5 secondes…alors que sa probabilité de quitter le site après la 5ème seconde s’élève à 50% !

Adapter les contenus sur smartphone et tablette, c’est s’assurer de présenter l’essentiel

La conception responsive nécessite de repenser les contenus présentés, cela semble aller de soi. Pourtant, comment faire un choix sans négliger certaines informations ? Un dilemme qui peut vite disparaître si l’attention des retailers se porte sur ce que souhaite consulter les utilisateurs sur les interfaces tactiles.

Sur mobile, la longueur de page n’effraie pas l’utilisateur : il scrolle en moyenne 1.6 fois plus vite que sur tablette. L’environnement du mobinaute ainsi que l’usage intense des réseaux sociaux impactent significativement la manière dont ce dernier lit le contenu.

scroll_rapide

Il ne s’agit donc pas de répliquer les éléments du site desktop sur la version mobile mais d’intégrer les interactions propres à l’utilisation de ces devices. Un scroll plus rapide signifie une consommation de contenus survolée d’où l’intérêt de présenter des informations pertinentes.

Si la nécessité de concevoir en responsive n’est plus à démontrer, les contenus et l’incitation à l’achat doivent se réinventer pour proposer à l’utilisateur un parcours simplifié, fluide et en adéquation avec le contexte et l’intention de ce dernier lorsqu’il décide d’interagir avec une marque.

Authored by: Colette Alcaraz